Tags

Related Posts

Share This

Barre des Ecrins par une « Whymper quasi directe » 4102m et Dome 4015m – 062012

Parce que je ne suis pas marseillais 😉 hein B. ! , je vais essayer de rester le plus clair et réaliste possible … 😆 sur cette superbe et longue course qu’est cette ascension ( par une montée directe dans la face ) de la Barre des Ecrins 4102m en AD ( 50° de glace/neige et rochers ) et de son Dôme 4015m en PD … Données techniques : 1300m D+ jusqu’au refuge des Ecrins – 1450m D+ pour la Barre, le Dome et toutes les montées descentes … et donc 2750m de D- après l’ascension … 32 kms au total. La suite pour les détails et les photos …Partis pour faire l’Aiguille Verte avec J. , la météo des jours précédents a déposé dans les Alpes et plus précisement dans le Massif du Mont Blanc jusqu’à 1m à certains endroits … ce qui a empêché les cordées ( peut etre trop impatientes ) d’arriver au sommet : bloquées à la rimaye, 40 cms devant la porte du Refuge du Couvercle … Du coup vendredi aprèm : on annule la verte … Mais on fait quoi alors JL à la place tous les 2 ? ….. Descendre aux Ecrins et la Barre ? allez hop … Téléphone au refuge des Ecrins : BLINDE ! Et merde … 140 personnes, le surplus dort dans la salle à manger par terre .. Obligés de réserver au Refuge du Glacier Blanc : 500m plus bas … « Bordel ça être long le dimanche matin avec 2h de plus  de montée », mais pas grave ! …. Quasi arrivés à Vallouise, par pure conscience j’appelle le refuge des Ecrins « au cas où » et surprise : il reste 2 places ….. mais par terre ! ON S’EN FOUUUUT , on veut dormir quelque part ! Après plusieurs heures de route nous voilà tous les 2 au Pré de Mme Carle … on mange vite fait car il est « tard » … on décolle presque vers 14h30 pour les 1300m de montée avec le gros sac à dos !

La soirée s’annonce longue au refuge : 2 services de table … et seulement après on installe les matelas gonflables pour dormir … il est quasi 22h quand on s’est foutus au « lit » …. à 2h30 : lever … nous partons les premiers … sur les 140 personnes du refuge. Histoire d’être peinards là bas en haut et puis aussi parce que le gardin avaient réveillés 30 mins plus tôt les personnes de la salle à manger pour préparer le pti déj … Et commence une longue marche nocturne en tee-shirt, il faisait très bon malgré l’heure, les étoiles brillaient dans la nuit, c’était fabuleux ! On arrive aux pieds de la longue montée : la trace est directe « dré dans lpentu » … 2 cordées de guide se barrent à gauche vers la montée de la Barre Noire ( afin de faire la traversée ), à la bifurcation entre la montée au Dome, nous vons pris sur la gauche pour arriver après quelques « conversions » à la rimaye … Là on regarde le spectacle devant, derrière, au dessus … c’est grandiose : lever du soleil avec la lune encore là, la face brillante de glace que l’on devra passer, et les cordées arrivant doucement au grè des loupiottes telles des lucioles ! As Usual It’s Souuuperbe !

Allez je me lance pour la montée de la rimaye … le fond est … profond ou loin en dessous, à vous de choisir ! Mais JL m’assure derrière … Et c’est parti pour un long moment dans cette pente entre plaque de glace, neige posée sur 10-20 cms et glace en dessous, rochers branlants prèts à dévisser au moindre frôlement de piolet ou crampons … Je regrette maintenant mon 2° Nomic, je n’avais pris qu’un traction et celui de marche … beaucoup de glace … Et on continue en réversible, chacun son tour … Je me sens plutôt à l’aise … même si les mollets râlent ( ils préfèrent les 80° ou plus … 50° : ça tire trop ) … après quelques longueurs on arrive aux caillasses finales … rien ne tient … on avance doucement afin de ne pas éjecter du cailloux.

Enfin l’arrivée sur l’arrête, à environ 15m du sommet à gauche de la montée … les autres cordées des guides sont au sommet, on se croise avec la dernière … Et nous voilà tous au sommet, on est « collééééés serééééés » mais on est là bas …

Le guide avec qui on avait discuté la veille me demande si ça va pour nous ! Gentil de sa part … nous étions les seuls sans guide ce jour là, peut etre 15 personnes à la Barre et tout le reste au Dôme … un vrai ballet.

Et maintenant on descend comment ? parce que l’arrête là, ben y a pas de corde ! et c’est drôle parce que je n’arrive pas à voir derrière ou en dessous ! …. Euh le sol il est où ? La traversée de l’arrête était un moment intense … j’ai adoré et j’ai peur aussi ( ça me rassure d’avoir aimé et peur … y a pas que de l’inconscience du coup ! ) : nous nous assurions toujours … Jean-Luc descends devant, et on change à la moitié … Le moment le plus surprenant était celui-ci : lorsque JL enlevait son piolet en amont, on pouvait voir ……… le vide et le sol à travers le trou laissé par le piolet … bien bien loin en dessous …. Dire que l’on marchait sur des oeufs était plus qu’approprié !

On continue doucement entre les 2 cordées de guide et leurs clients … ils vont plus vite et c’est normal, ils connaissent cet endroit par coeur ! On arrive au relais et c’est parti pour 25m de rappel ! Enfin on pose les pieds au sol … On respire un peu … c’était long. Encore une cordée sur le sommet et plus personne sinon. Les personnes qui ont fait le dome sont déjà dans la descente … On décide donc de le faire histoire de … 5 mins aller retour et hop on entame la LOOOONGUE , très LOOOOOONGUE descente … de 2750m … La neige a déjà bien commencé à se transformer … ça promet … Et effectivement : la trace de l’aller est totalement défoncée … ça fatigue … On s’arrête à la moitié du glacier pour casser la croute ( et oui ça cet endroit le glacier est plat … On est pas fouuuuuuus ) … Le temps de crâmer un peu et on continue la descente … dans le silence et encordés ! On est fatigués mais pas « morts ». Après une journée de 13h40 nous arrivons à la voiture. On boit un coup, un pti pipi et direction « The place to Be » ( Thonon-the-Baths ). Il est 23h30 … je range les affaires … je me décrasse et je prends même un peu de temps pour regarder les photos de cette belle journée … J’ai l’impression d’avoir voyagé sur une autre planète !

Content de ce que l’on a pu faire … ensemble dans la difficulté et les désaccords parfois mais c’est normal : l’engagement de cette « quasi directe » pas forcément en bonnes conditions ( départ de Whymper et direction le plus près du sommet, la rimaye ne nous a pas permis de faire Collidge  ) était très prenant. Mais voilà : jamais eu de frayeur ou glissades … Tout s’est fait tranquillement … J’aime ! VOICI LES PHOTOS TOPO ETC et 2 x 4k de plus ds la liste : ICI.

Y a pas à dire : les 4000 , c’est bon pour le moral ! C’est bon bon ! la saison promet !

[maptype=G_HYBRID_MAP;gpxview=all;gpxelevationcolor=green]