Tags

Related Posts

Share This

Ballade sur les sommets de 5 x 4000m du Mont Rose – 072012

Les 4000 du Mont Rose … une épopée ! Partis pour faire 2 x 4000 dans le Mont Rose, nous sommes revenus avec 5. Malgré une météo totalement incertaine de demie journée en demie journée, nous avons pris la décision de décoller tout de même … cette sortie qui était ma première sortie officielle dans le club s’est plus que bien déroulée, 0 accros et il fallait suivre le planning à la lettre ! Lire la longue suite et voir les photos ! …

[maptype=G_HYBRID_MAP;gpxview=all;gpxelevationcolor=green]

  Partis le samedi très tôt vers 6h pour 4h de route en direction de l’Italie : Val d’Aoste : Greyssoney la Trinité. Départ en télé pour 3 tronçons de 1829m jusqu’à 3280m. On devait monter directement au refuge afin de paufiner l’acclimation et permette à tous le lendemain de faire les 2 x 4000m sans soucis. Mais un petit changement de décision devant ce qui se présentait à nous m’a poussé à faire un premier 4000 dès notre arrivée. Le temps n’était pas au plus beau … les les éclaircies nous ont permises d’entrevoir le 1° sommet facile. Petit repérage de carte rapide, on dépose le surplus d’affaire derrière un rocher et c’est parti pour la montée … pas très longue : 800m pour arriver au sommet de la Punta Giordani. Le 1° 4000 du Week end. Chacun a pris ses marques, et l’essoufflement était déjà présent : assez normal compte tenu du fait que nous n’étions pas acclimatés du tout. Mais le temps passé était plus que correct. Chose extraordinaire en descendant sur le glacier : nous avons croisé un renard !!!!!!!!! On s’attendait à tout mais pas cela ! Puis retour au Refuge après une LOOOONGUE montée à la queueleuleu de la barre rocheuse où se trouvent Gnifetti et Mantova, les 2 refuges situés à 100m de distance. Ce jour là : les 2 étaient plein : Gnifetti : à plus de 200 personnes( réfectoire plein de lits par terre … ) et Mantova aussi : c’est au total sur ces 2 refuges environ 300 personnes partis pour l’ascension de ces superbes 4000m !

A notre arrivée : c’est la queue pour se présenter au refuge. L’heure est à la bière avant tout … vers 16h30. Partis pour attendre 3h le repas … et dormir par terre …. OUI , nous étions les premiers sur la liste d’attente lorsque j’ai réservé il y a … 3 mois !!!!! et comme le refuge est resté complet jusque là , nous n’avions donc que les matelas ! Mais ce n’était pas grave … mais mon pti groupe s’est fait chouchouter et la gardienne est venue personnellement me dire bonne nuit !!! Haaaaaa ces Italiennes c’est quelque chose !!!!! Nos lits étaient …. aux pieds de la cafetière du matin suivant … Cela va avoir une énorme conséquence sur la course du dimanche. Et oui !!! On se couche après le 2° service du repas … vers 21h30. J’ai briefé les 3 autres pour le départ du lendemain … après l’annonce des heures de réveils.

Dimanche : 4h : après une nuit un peu merdique … lever direct et préparatifs en 5 mins. Je me suis collé devant la cafetière : 1° point du self service. Et de ce fait : nous étions les premiers du refuge à déjeuner. Rien qu’à voir la file d’attente … le pipi du matin a du attendre … On déjeune rapidos et GOOOOOOOO. Quand on a 200 personnes au cul pour les mêmes sommets + 100 du second refuge … on ne perd pas de temps … Mais le déjeuner était copieux tout de même. Faut pas lésiner sur ce repas qui nous a tenu toute la matinée. On se prépare vite et on décolle. Personne ne freine dans ces préparatifs … Manu surveille ! :) Et c’est parti à 5h du matin pour quelques heures de marche dans une obscurité quasi totale à la frontale. Nous avons pu éteindre celle-ci 30 mins après le départ. Nous n’étions pas seuls : environ une vingtaine de personnes devant déjà dans les pentes. Ca va … on va être tranquille. Surtout quand on revoit la file d’attente dans le refuge pour le pti déj ! On double doucement les quelques cordées de 4 ou 5 personnes au rythme plus lent …

Au fil de la montée, nous avons pu apercevoir chacun les 2 objectifs de la journée : Parrot et Corno Nero : 2 sommets que je n’ai pas pu faire l’an passé lors de ma traversée à cause du mauvais temps. EN doublant d’autres cordées, nous avons pu voir que les règles de sécurité ne sont pas toutes respectées … Et je me dis : ils sont bien sages derrière moi , la corde est toujours tendue ! Malgré un rythme non négligeable … Nous avons pu atteindre Parrot ( avant-dernier sommet avant le refuge de Marguerita à 4454m ) sans difficultés, nous étions les premiers venant du bas, les quelques autres personnes au loin venaient du dessus, du refuge. Nous avons pu faire la traversée seuls de Parrot … en voyant les dizaines de personnes au dessous …. monter doucement vers ces 4000. Parrot est une arête de plus en plus effilée qui se termine par une pente raide de 30m à descendre en marche arrière et main courante.

A ce moment là : nous devions contourner le Ludwig pour aller au 2° objectif le Corno Nero … et puis en voyant que notre petit groupe se sentait bien … et malgré le vent très très froid que nous avions sur l’arête ( un bon -5 ) et les gelures ( tâches blanches ) qui sont apparues sur le nez de P. et J., nous avons décidés de traverser Ludwig pour atteindre Corno Nero. Et voilà un 2° 4000 qui nous a emmené au pieds du Corno Nero, la cerise sur le gâteau de ce week end : joli sommet comportant une pente raide et un joli morceau de rocher orné d’une vierge, le sommet technique du WE. Personne sur ce sommet lorsque nous nous sommes engagés. Un autre plaisir comme les 2 précédents ( l’avantage de partir tôt et tenir un rythme … sans pour autant aller vite ). L’arrivée au sommet était tranquille, large d’un mètre malgré le vide de l’autre côté. On voit la vierge 5m plus loin. F. m’assure et je m’engage sur cette arête aérienne. La main courante et posée les 3 autres arrivent pour une jolie photo « collés-serrés » avec la vierge. Tout le monde encore assurés sur la main courant, pas le droit à l’erreur. D’autres cordées arrivent et ne font pas ces derniers mètres. Peut être un trop engagé et technique, c’était le cas tout de même. On prend un petit moment pour admirer le « petit cailloux » qui nous avons pu faire la veille dans le brouillard complet … dans la continuité de la Pyramide Vincent. Et on redescend.

Balmenhorn étant à côté du Corno Nero, nous y sommes allés … rapidement et avons fini vers 11H00 au refuge Gnifetti pour grignoter et récupérer les affaires de nuit laissés le matin. Voilà : 4 sommets ce matin … L’idée de faire le 4000 dès notre arrivée la veille a payé … les 4 x 4000 du dimanche se sont faits sans soucis grâce à cette acclimatation. Mais il ne fallait pas aller plus vite au risque de trop se griller. Il est 11h40 et je demande à ma « copine » italienne à quelle heure ferme le télé ( ben oui en Italie, les télé ferment entre midi et 2 ) … « il ferme à 12h15″, on a donc 30 mins pour faire les 400m de descalade de la barre rocheuse …. Hummmmmmm la décision est prise : on va se bouger le cul et descendre en 4° vitesse …  je pars plus vite devant pour « retenir » le télé. J’arrive à 12h05 au télé, je demande au gars s’il peut attendre un peu les amis vers 12h15 … « Monsieur, le télé ferme à 12h30″ …. Rhaaaaaa No comment ! les 2 derniers arrivent à 12h15 en transe totale ! Mais nous avions évité de partir à 14h. 2H de gagnées sur le trajet du retour …

On respire enfin … on est saufs … et heureux aussi d’avoir dépassé notre objectif premier. Cela en valait la peine. La météo était splendide malgré le petit vent très froid là haut … Un pti coup à boire au col du Gd St Bernard rempli de touristes, des bouchons à Evian à cause des touristes … Et arrivés à la maison à 18h … Une douche et direction le bord du lac pour une petite assiette de frites et une bonne grosse glace !!!!  « Merde quoi je le mérite,non ? »

Données techniques : Jour 1: 1100m ( alt maxi : 4060m ) + Jour 2 : 1100m ( alt maxi : 4453m ), 13kms total.

 ICI LES PHOTOS ( toujours le beau panorama )